Chirurgie bucco-dentaire

Accueil / Nos prestations

Chirurgie bucco-dentaire

Extraction dentaire

L’extraction dentaire est nécessaire lorsque le degré de détérioration des dents est tel qu’il n’est plus possible de les sauver par les différentes techniques de conservation (dévitalisation, obturation, au moyen de prothèse) ou si les dents perdent leur stabilité à cause d’une parodontite grave les rendant inaptes à l’obturation et à la pose d’une couronne. L’extraction des dents peut se faire simplement au moyen d’une pince dans le cadre d’une séance normale chez le dentiste ou par voie chirurgicale lorsque, après incision de la gencive, nous extrayons la dent et la racine dentaire avant de refermer la gencive par des points de suture.

Quand l’extraction de la dent de sagesse est-elle nécessaire ?

L’enlèvement de la dent de sagesse est justifié lorsqu’il n’y a pas assez de place pour la sortie de la dent dans la position convenable ou si elle a une position irrégulière. Les dents sorties dans une position irrégulière, pas sorties ou à moitié sorties peuvent fonctionner comme foyer de congestion dans l’organisme et/ou peuvent provoquer les anomalies de l’occlusion ou la constitution d’une denture irrégulière.

Le déroulement de l’extraction de la dent de sagesse

  • Le moyen le plus fréquemment appliqué pour l’extraction de la dent de sagesse est l’intervention chirurgicale au cours de laquelle, après l’incision de la gencive, nous enlevons la dent de sagesse en veillant à préserver les molaires adjacents puis nous refermons la membrane muqueuse par des points de suture. L’enlèvement des points de suture se fait une semaine après l’opération.
  • L’extraction de la dent de sagesse peut comporter les dangers suivants : le danger principal de l’enlèvement des dents de sagesse inférieures est la blessure éventuelle d’un nerf dans la mesure où la racine pénètre dans le canal nerveux ou le touche. Si le canal nerveux est blessé, un engourdissement provisoire ou durable de la lèvre inférieure peut se présenter.
  • Suite à une extraction de la dent de sagesse, dans la grande majorité des cas, un traitement antibiotique et analgésique, ainsi que le refroidissement extérieur de la surface de la plaie s’imposent afin de diminuer l’enflure et prévenir l’infection osseuse.

Maladies de la gencive et interventions parodontales

Les différents types de maladies de la gencive font partie des problèmes dentaires le plus fréquemment rencontrés. Le symptôme typique de la gingivite est la gencive rouge vif enflée et saignante. Elle existe sous sa forme aiguë et chronique suivant les symptômes et son déroulement pathologique.

Symptômes des parodontites

En cas de parodontite aiguë la gencive est purulente, enflée, saignante souvent avec l’apparition de poches parodontales. En cas de parodontite chronique le symptôme le plus flagrant est la gencive rouge, enflée, saignante au brossage des dents.

Son traitement

La parodontite aiguë nécessite un traitement d’urgence. Il consiste à ouvrir la gencive et à enlever le tissu conjonctif enflammé, la matière purulente puis le patient sera soumis à un traitement antibiotique local et oral.

Le traitement de la forme chronique de la parodontite consiste en un curetage, c’est-à-dire un nettoyage ouvert ou fermé.

  • En cas de curetage fermé, nous nettoyons les surfaces situées en-dessous de la gencive autour de la racine à l’aide d’un dépurateur à ultrason et des instruments mécaniques puis le patient subit un traitement antibiotique.
  • En cas de curetage ouvert, nous incisons la gencive qui entoure les dents et la racine, nous éliminons le tissu conjonctif enflammé de la surface des os, autour des racines dentaires à l’aide d’un appareil à ultrason et/ou des instruments manuels. Ensuite nous suturons la gencive et couvrons la surface opératoire. Les points de suture sont retirés au bout de 7 à 10 jours. La gingivite chronique aboutit souvent à la résorption osseuse autour des racines dentaires et entraîne le déchaussement important des dents. Les dents se déstabilisent et se déboîtent éventuellement. En cas de gingivite et de déchaussement des dents graves l’instabilité des dents peut mener à la perte des dents du patient.

Opération de la parodontite

L’opération de la parodontie devient nécessaire lorsque nous sommes en présence d’une inflammation grave de la gencive autour de la racine, d’une perte osseuse autour de la racine accompagnée d’une gingivite ou d’un déchaussement des dents au-dessus des racines accompagnée d’un déficit esthétique.

  • L’intervention la plus souvent appliquée est le curetage ouvert au cours duquel nous incisons la gencive qui entoure les dents , nous éliminons les tissus enflammés constitués à la place de l’os résorbé et nettoyons les poches constituées autour de la racine dentaire.
  • Nous éliminons des poches les tissus enflammés constitués à la place de la perte osseuse et nous remplissons, si c’est possible, la place de l’os manquant par des gels stimulants de pousse, contenant des facteurs de croissance ou des substituts osseux. Par la suite nous couvrons la surface de la greffe osseuse par une membrane.
    Le rôle de la membrane est de protéger le substitut osseux et d’empêcher l’extension de l’hyperplasie pathologique de la membrane muqueuse. La membrane est en collagène d’origine naturelle.
  • Nous refermons la gencive au-dessus de la membrane résorbée.
  • Une hygiène bucco-dentaire et des contrôles réguliers sont indispensables après l’intervention.
  • Les points de suture sont enlevés généralement 2 semaines après l’intervention.

Chirurgie esthétique de la gencive

La chirurgie esthétique de la gencive offre une solution au traitement de la perte de la gencive ou de la maladie nommée « récession de la gencive ». Ces interventions consistent à poser une membrane en collagène qui se résorbe lentement à la place de l’os disparu, puis nous tirons la gencive dessus avec la technique appropriée. Nous pouvons également transplanter le tissu conjonctif du palais sur la surface défectueuse de la gencive.

Les interventions ne sont pas douloureuses mais une petite enflure et des douleurs mineures peuvent être ressenties après l’opération. Les points de suture sont enlevés 2 semaines après l’intervention.

Prévention de la parodontite

L’outil le plus précieux en matière de prévention de la parodontite aiguë et chronique est le détartrage à l’ultrason effectué tous les 3 ou 4 mois. Des interventions répétées plusieurs fois de suite s’imposent en cas de parodontite accompagnée de perte osseuse. Ces interventions permettent d’éliminer les tissus enflammés lors du curetage ouvert mentionné ci-dessus. Les différents procédés de greffe osseuse représentent une solution aux pertes de la gencive, la chirurgie esthétique restaure la membrane muqueuse fonctionnellement et esthétiquement détériorée.

Greffe osseuse et sinus-lift

La taille et le volume du maxillaire peut être diminué à cause d’une blessure, d’un accident ou d’un édentement prolongé. Au cas où la perte osseuse du maxillaire dépasse le seuil critique, l’implantation n’est plus possible sans greffe osseuse parce que le volume osseux n’est pas suffisant pour recevoir l’implant.

La reconstitution du volume osseux approprié peut se faire par des techniques opératoires et des matériaux différents.

Types d’intervention, déroulement de l’intervention 

Le sinus-lift est un procédé visant à relever le niveau du maxillaire supérieur. Pour élargir la crête du maxillaire nous appliquons les procédés on-lay au cours desquels nous élargissons les maxillaires par une substitution osseuse ou par la pose de l’os propre du patient. Nous les couvrons par divers types de membranes et l’implantation peut être réalisée au bout d’un processus d’ossification qui dure de 4 à 6 mois.

En cas de perte importante du volume osseux, la taille des maxillaires atrophiés peut être agrandie par le propre bloc osseux du patient. Ce procédé consiste à prélever de l’os de la pointe du maxillaire, de la zone du maxillaire inférieur située derrière la dent de sagesse ou, en cas de besoin de volume osseux important, de la crête iliaque. Les os seront fixés sur l’os du maxillaire par des vis en titane, les orifices seront remplis d’une substance de substitution osseuse et les surfaces seront couvertes par une membrane. Les vis seront enlevées après la greffe osseuse, lors de l’implantation.

Les opérations de bloc osseux prélevé de la pointe du maxillaire, de la zone de la dent de sagesse sont exécutées sous forme ambulatoire, tandis que les prélèvements osseux iliaques se font en salle d’opération. 

Élévation du sinus (sinus-lift)

Cette intervention s’impose lorsque nous envisageons une implantation et l’os des petits et des grands molaires n’est pas suffisamment élevé et est donc inapte pour recevoir l’implant. Dans ce cas, le chirurgien-dentiste augmente la quantité osseuse du maxillaire supérieur par le procédé de greffe osseuse, autrement dit élévation du sinus. 

Déroulement de l’élévation du sinus

  • Après l’incision, nous relevons la muqueuse du sinus par un petit orifice percé à travers l’os, nous comblons l’espace entre la muqueuse et l’os ou nous introduisons l’os propre du patient et nous refermons la membrane muqueuse.
  • Au bout d’une période d’attente de 4 à 6 mois, la substance de comblement d’os s’ossifie.
  • Après la période de guérison, les implants seront posés dans l’os nouvellement constitué au cours d’une nouvelle intervention chirurgicale. Des bridges pourront être posés sur ces implants par la suite.
  • Dans certains cas l’implantation peut être effectuée en même temps que la greffe osseuse. Toutefois, cela n’est possible que si nous avons à notre disposition un os propre du patient de taille suffisamment grande dans lequel nous réussissons la fixation primaire des implants. La partie collet de l’implant se trouve alors dans l’os propre tandis que sa partie pointe dans la substance de comblage d’os. Pendant la période de guérison, ce dernier s’ossifiera sur l’implant posé.

Vous trouverez des informations supplémentaires sur les matériaux et les instruments utilisés lors des traitements sur la page « Technologies dentaires ».